Le Douglas A-1 Skyraider ou AD Skyraider est un bombardier d'appui tactique mono-moteur à pistons, l'un des derniers utilisés par des armées de l'air modernes. En effet, il est sorti à l'époque où les premiers chasseurs à réaction entrèrent pleinement dans la partie. Il n'en a pas moins montré avec succès ses capacités au combat.

Conception

Le Skyraider fut conçu pour remplacer le SBD Dauntless à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais il arriva trop tard pour y participer. Le projet fut imaginé en 1944 mais ce ne fut qu'en 1945 que l'appareil vit le jour. À l'origine, il devait se nommer Dauntless II, mais en février 1946, il prit la dénomination de Skyraider. L'appellation AD-1 vient du fait que c'était le premier avion d'attaque de Douglas. L'AD-2 sort en 1948 portant des modifications sur le train d'atterrissage, dans le cockpit et dans le renforcement des ailes. En 1950 apparaît l'AD-3 avec de nouvelles modifications, notamment sur les hélices et dans le cockpit. Puis sort la version AD-4, c'est la version la plus construite. Les versions AD-5 en 1951, avec un plus grand espace intérieur, permettaient le transport de troupe dans sa soute. Vint ensuite l'AD-6 une version améliorée du précédent modèle, puis l'AD-7 qui fut construit jusqu'en 1958. 3 180 Skyraider ont été construits.

Version

AD-4N : version d'attaque de nuit avec un équipage composé d'un pilote et deux opérateurs radar. Pour cette variante, le compartiment radar remplace les aérofreins, l'accès se fait par une porte vitrée de chaque côté du fuselage et une écope située sur le dos de l'appareil assure la ventilation de l'équipement.

Engagements

Initialement conçu pour voler pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que chasseur-bombardier embarqué, il arriva trop tard pour y participer. Son rôle était d'attaquer les porte-avions japonais. Il prit du service pendant la guerre de Corée en tant que chasseur de trains.

En 1956, l’Armée de l'Air française, pour remplacer ses P-47 dans les opérations de la guerre d'Algérie, en commanda 113. Après des transformations faites par Sud Aviation, ils commencèrent à entrer en service en février 1958.. Ensuite, ils furent affectés à Madagascar et Djibouti. Un certain nombre furent donnés à des pays amis : Cambodge, Gabon, Tchad, RCA.

On s'en servit aussi lors de la guerre du Viêt-Nam. Ils furent parmi les premiers avions américains à attaquer les côtes du Nord-Viêt-Nam à la suite des incidents du golfe du Tonkin en 1964, en décollant du porte-avions USS Ticonderoga stationné au large du Viêt Nam.

Une de ses missions était d'escorter les H-3 Jolly Green Giant et leurs successeurs HH-53 Super Jolly Green Giant lors du sauvetage des pilotes parachutés en plein milieu de la jungle. Leurs surnoms affectifs étant Sandy ou Zorro. Les A-1 avaient pour objectif d'attirer le feu de la DCA adverse contre eux. Généralement, c'était Sandy 01 et Sandy 02 qui en étaient chargés. Une fois localisée, cette dernière était prise pour cible à l'aide de roquettes et d'obus de 20 mm. Ensuite, Sandy 03 et Sandy 04 amenaient les hélicoptères vers la position de l'équipage abattu. Pendant la récupération, les Skyraider couvraient les hélicoptères. Quand cela s'avérait nécessaire, notamment quand le feu adverse était intense, les A-1 tiraient des roquettes qui, à l'explosion, créaient un écran de fumée pour masquer les hélicoptères. Une fois l'équipage récupéré, les hélicoptères rentraient à la base, suivis par les Skyraider. Durant la guerre du Viêtnam, les unités Sandy ont réalisé le nombre incroyable de 3 833 sauvetages. Leur devise est "Pour que les autres vivent".

On l'utilisa massivement pour « nettoyer » une zone, repérer puis anéantir l'ennemi avec toutes les armes disponibles. Sa relative lenteur en faisait une proie facile pour le Vietcong et les Nord-Vietnamiens, mais elle était un atout pour attaquer des cibles au sol avec précision avec ses canons de 20 mm et ses bombes. Il fut apprécié pour sa robustesse et sa capacité à encaisser de gros dégâts. Néanmoins, de nombreux A-1 furent abattus par les canons de DCA et les missiles sol-air. De fait, au fur et à mesure de l'avancée du conflit, il fut cantonné au Sud-Viêt-Nam dans des missions d'attaque car les défenses anti-aériennes du Nord-Viêt-Nam étaient trop puissantes (à l'exception notable des missions de sauvetages de pilotes américains tombés en territoire hostile). Il fut utilisé jusqu'à la fin de la guerre du Viêt-Nam par les États-Unis puis par l'aviation sud-vietnamienne.

 

Douglas AD Skyraider
Douglas A-1J Skyraider (N° 142028) du Squadron VA-176 Thunderbolts basé sur le porte avion USS Intrepid (CVS-11) en mission durant la guerre du Viêt Nam (1966).Douglas A-1J Skyraider (N° 142028) du Squadron VA-176 Thunderbolts basé sur le porte avion USS Intrepid (CVS-11) en mission durant la guerre du Viêt Nam (1966).

Constructeur Drapeau : États-Unis Douglas Aircraft Company
Rôle Avion d'attaque au sol / Appui tactique
Statut Retiré du service actif
Premier vol
Mise en service
Date de retrait
Nombre construits 3 180 (entre 1945 et 1957)
Équipage
1 pilote + 1 opérateur radio
Motorisation
Moteur Wright R-3350
Nombre 1
Type 18 cylindres en étoile sur 2 niveaux refroidis par air
Puissance unitaire 2 700 ch (1 986 kW)
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 15,24 m
Longueur 11,83 m
Hauteur 4,77 m
Surface alaire 37,16 m2
Masses
À vide 5 430 kg
Avec armement 8 180 kg
Maximale 11 340 kg
Performances
Vitesse maximale 550 km/h
Plafond 8 660 m
Rayon d'action 1 060 km
Charge alaire 220 kg/m2
Armement
Interne 4 canons de 20 mm
Externe 3 600 kg de charge (bombes, roquettes, etc.)

 

Photos

Vidéo

Nos partenaires 2018