F4U-4 "Corsair" des Flying Bulls

Le Chance Vought F4U Corsair est un avion militaire américain, utilisé lors de la Seconde Guerre mondiale et jusqu'en 1968.

Il est l'un des appareils les plus connus de la Seconde Guerre mondiale, notamment grâce à la série télévisée Les Têtes brûlées, laquelle a popularisé sa silhouette trapue et son aile en W (aile en mouette inversée) qui rendent le Corsair presque immédiatement reconnaissable. Il s'illustra essentiellement dans le Pacifique, servant à la fois au sein de l'US Navy et de l'US Marine Corps.

Conception

La conception du Corsair débute en 1938 à la demande de l'US Navy qui voulait remplacer son chasseur embarqué, le Wildcat. Le projet, de l'ingénieur en chef Rex B. Beisel (en), est présenté le et le la Navy passe commande d'un prototype ; le premier vol du XF4U-1,BuNo 1443, piloté par Lyman Bullard (chef-pilote d'essais de Vought) a lieu le , sur l'aéroport de Bridgeport.

Le nom de « Corsair », reprend le nom du Vought O2U Corsair, un biplan conçu dans les années 1920.

Le concept retenu par l'ingénieur étant de « concevoir le plus petit avion possible avec le plus gros moteur possible », le Corsair est dessiné autour de l'ensemble présentant la plus grande puissance disponible à l'époque (en dehors des moteurs de compétition), le R-2800 Double Wasp, doté d'un compresseur à deux étages et à deux vitesses, 18 cylindres en double étoile développant 1 850 ch (au décollage, 1 460 ch à 6 550 m — le moteur est développé, depuis 1936, par Leonard S. Hobbs (en) et George J. Mead (en) chez Pratt & Whitney (entreprise appartenant au même groupe United Aircraft.

L'hélice, mise au point par Hamilton Standard (autre société du groupe United Aircraft), mesurait 4,04 m de diamètre (la plus grande de l'époque). La nécessité d'avoir un train d'atterrissage solide mais pas trop lourd et encombrant amena à choisir une voilure en W, ou « aile de mouette » inversée pour réduire la longueur du train. Avec un poids à vide estimé à 3 350 kg et une vitesse proche de 400 mph, soit 640 km/h, il était à l'époque supérieur à tout ce qui était à l'étude ailleurs dans le monde.

L'aile en W permettait aussi une faible trainée aérodynamique rendant inutile tout congé de raccordement, ce qui allégeait et simplifiait la construction. Le champ de vision du pilote, par cette position de l'aile, était accru à la fois devant et de chaque côté du nez. La voilure avait un profil NACA 2300 avec une épaisseur relative de 18 % à l'emplanture, 15 % à l'articulation des panneaux repliables (nécessaires pour l'utilisation sur porte-avions) et de 9 % aux bords marginaux. La partie fixe de la voilure avait des prises d'air de bord d'attaque pour alimenter les éléments annexes du moteur : refroidissement de l'huile, carburateur et compresseur. Cette partie de l'aile comprenait aussi un réservoir de carburant. Les trains d'atterrissage, placés au point le plus bas de la voilure, pivotaient de 87° en se rétractant vers l'arrière, la roue à plat au-dessus du bas de la jambe ; des trappes masquaient alors entièrement le train, pour la première fois dans un avion de l'US Navy.

Les panneaux extérieurs comprenaient des réservoirs mais aussi cinq compartiments par demi-aile pouvant recevoir chacun quatre bombes de 235 kg destinées à être larguées sur un bombardier. L'armement prévu à la conception comprenait aussi deux mitrailleuses de 7,62 mm de capot et deux mitrailleuses de 12,7 mm (une dans chaque panneau extérieur) mais qui pouvaient éventuellement être remplacées par des canons Madsen de 23 mm.

Pour réduire la vitesse d’atterrissage, des volets hypersustentateurs à double surface et double courbure s'étendaient de l'emplanture à la moitié des panneaux repliables. Ce système était lourd et encombrant mais indispensable pour atterrir sur porte-avions.

Pour obtenir des surfaces plus lisses et diminuer le poids, la soudure par point (mis au point par Vought et la Naval Aircraft Factory pour l'aluminium) était utilisée. Seules les parties mobiles des gouvernes n'avaient pas de revêtement métallique mais étaient entoilées.

En novembre 1940, le Bureau of Aeronautics (en) modifie le cahier des charges, demandant notamment le blindage et la protection des réservoirs et un renforcement de l'armement. Pour cela, la définition de l'appareil est revue :

  • suppression de quatre des réservoirs de voilure (difficiles à protéger), ceux de la partie fixe de la voilure ;
  • installation d'un réservoir de fuselage derrière le moteur ; pour cela il fallut reculer le poste de pilotage de 81 cm et avancer le moteur de 43 cm pour conserver un bon centrage. La visibilité vers l'avant en souffrit, mais celle du dessous fut augmentée puisque le pilote se trouvait désormais à la verticale du bord de fuite de l'aile ;
  • les ailerons voient leur surface augmenter ;
  • Les volets à doubles fentes sont remplacés par des volets à simple fente ;
  • six mitrailleuses de 12,7 mm sont installées dans l'aile (trois par panneau extérieur) dotées de 400 coups pour les 4 intérieures, et 375 pour les deux les plus à l'extérieur.

La présentation du dossier définitif de l'avion de série eut lieu le

Le US Marine Corps et la US Navy ont principalement utilisé le Chance Vought F4U pendant la guerre du Pacifique. Des compartiments supplémentaires ont été utilisés pour transporter et larguer des bombes sur des cibles ennemies. Après avoir largué les bombes, les pilotes avaient encore un gros chasseur, mais avec d'excellentes performances et une vitesse de pointe qui était difficile à battre à ce moment-là. C'est ainsi que le Corsair a pu affronter des combattants Mitsubishi japonais manœuvrables. Pendant la guerre de Corée au début des années 50, ce modèle était toujours utilisé et un pilote de Corsair a même battu un jet soviétique.

Aujourd'hui, le chef-d'œuvre à assise unique est entièrement acrobatique et présenté lors de différents salons aériens en Europe par les Flying Bulls !

 

Visitez le site des Flying Bulls

 

 

DESCRIPTION

Chance Vought F4U Corsair
 

Un F4U restauré dans les années 2000.Un F4U restauré dans les années 2000.


Constructeur Drapeau : États-Unis Vought
Rôle Avion de chasse
Premier vol
Mise en service
Date de retrait (Honduras)
Nombre construits 12 583
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney R-2800-8 Double Wasp
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 2 000 ch (1 471 kW)
Dimensions
Envergure 12,49 m
Longueur 10,16 m
Hauteur 4,60 m
Surface alaire 29,17 m2
Masses
À vide 3 950 kg
Avec armement 5 460 kg
Performances
Vitesse maximale 685 km/h (Mach 0,55)
Plafond 11 300 m
Rayon d'action 1 630 km
Armement
Interne 6 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm ou 4 canons de 20 mm
Externe 2 000 kg de bombes et/ou 8 roquettes sur la 3e version de l'avion.

 

Gregory « Pappy » Boyington, as du Squadron VMF-214.

Après l'attaque de Pearl Harbor, il rejoint à nouveau les Marines. Il rompt son contrat avec les Tigres Volants en avril 1942. En juillet 1942, il est de retour aux États-Unis et réintégré comme major (commandant) de réserve. Il arrive dans le Pacifique sud en janvier 1943 comme officier-adjoint à la VMF-122. Début septembre 1943, il reçoit le commandement de l'escadrille VMF-214. Cette unité est constituée de pilotes normaux ayant terminé leur temps de repos et de jeunes pilotes fraîchement sortis de l'école de pilotage. A contrario de la légende qui dit que les pilotes sont des fortes têtes ayant maille à partir avec la justice. Ce mythe est amplifié par la série télévisée éponyme. Leur base est située sur l'île de Vella Lavella, dans le Pacifique Sud. Le surnom de l'escadrille est d'abord « The Boyington's bastards ». En accord avec ses pilotes, il choisit le surnom « The Black Sheep » (les Brebis galeuses); durant leur premier déploiement de septembre à octobre 1943. L'escadrille est homologuée de 127 victoires aériennes dont 22 sont attribuées à « Pappy ». Les conditions de vie spartiates et le rationnement de l'alcool, lui permirent de se consacrer corps et âme à son unité. Il n'y eut jamais de bar et de visites de femmes comme à l'écran.

En , il est abattu et déclaré mort. On lui décerne à titre posthume, la Medal of Honor, la plus haute distinction américaine et on l'élève au rang de lieutenant-colonel. Or, il a survécu au crash de son avion et a été capturé par les Japonais. Libéré 20 mois plus tard, il reçoit sa décoration des mains du président Truman le 5 octobre 1945. Il est rendu à la vie civile le 1er août 1947. En vertu d'une loi autorisant le détenteur de la plus haute distinction nationale à se retirer dans le grade supérieur, il est nommé colonel.

Il écrit ses mémoires dans le livre Baa baa black sheep dont la série Les Têtes brûlées est inspirée. Il apparaît dans l'un des épisodes où il incarne un général. Il est le père de trois enfants, issus d'un premier mariage, dont un fils qui intègre l'Académie de la Force aérienne des États-Unis en 1959. Il meurt en d'un cancer, à Fresno en Californie. Des obsèques militaires sont organisées en son hommage au cimetière national d'Arlington où il est enterré non loin du boxeur Joe Louis.

Photo

Vidéo